mardi 2 mars 2021 | Login

RDC: LE PIÈGE, QU'EST CETTE PRIMATURE DEPOUILLEE DE TOUT POUVOIR ? Featured

On en parle nuit et jour de cette primature de tous les enjeux en RDC. C'est la plus grande fonction dans le gouvernement de la RDC, parce que le premier ministre en RDC est le Chef du gouvernement.
Le débat autour de cette responsabilité témoigne de l'intérêt que les politiques congolais ont pour ce poste apparemment stratégique dans la gouvernance du pays.

Emblem of the Democratic Republic of the Congo - Wikipedia
Cependant, le premier ministre congolais n'est pas ce Joseph fils de Jacob devenu premier ministre d'Égypte. Ce n'est pas non plus ce Tony Blair, encore moins ce Charles Michel pour présider à la conduite de l'administration de la politique générale du pays. Au Congo-Kinshasa, le poste de premier ministre reste le poste au cœur des enjeux politiques, depuis déjà l'accession du pays à la souveraineté nationale et internationale. En théorie, le pouvoir reconnu au premier ministre a toujours fait ombrage au chef de l'État, parce que très souvent, ce dernier n'est pas l'émanation de sa volonté ou du moins de son pouvoir discrétionnaire. On dirait que le Président de la République cohabite avec un premier ministre chaque fois faute de majorité acquise à sa famille politique. Le conflit entre Lumumba et Kasavubu serait dû à cette concurrence de pouvoir et/ou de leadership entre ces deux pôles du pouvoir exécutif.

 

Dans les conditions où le Président a la liberté de choix de son premier ministre, celui-ci est nommé pour la modestie de ses ambitions. Très souvent des premiers ministres présidentiables n'ont pas été souhaités à la primature. Sous Mobutu, le choix du premier ministre avait toujours été stratégique, et le plus souvent son pouvoir était sous une censure politique inédit. Des premiers ministres-vedettes avaient toujours été évités. Et si jamais ils pouvaient accéder par occasion à cette fonction, il fallait tout mettre en œuvre pour leur couper de l'herbe sous les pieds. Leurs tâches étaient exceptionnellement réduites à l'expédition des activités purement administratives, sans aucune parcelle de pouvoir dans la conduite de la politique du pays. Sauf en cas de délégation expresse.

 

L'avènement de la troisième République a inauguré un autre style de management politique de la primature. Antoine Gizenga en a été le précurseur et n'aura été choisi que pour figure symbolique, avec très peu de possibilité de nourrir des ambitions présidentielles. Son âge avait concouru significativement et favorablement à son choix. L'avènement de Muzito Adolphe et de Matata Ponyo n'a été qu'une institutionnalisation d'une bureaucratie apolitique qui n'a fait que conforter le Président de la République dans son leadership du contrôle autocratique de la jungle.

 

La mise en place d'un gouvernement de coalition qui gère actuellement n'a pas échappé à la règle de création des premiers ministres non présidentiables. Le Prof Sylvestre Ilunga Ilunkamba a lui aussi été choisi pour avoir réuni cette condition (sa non présidentiabilité). Plus on est présidentiable, plus on voit réduites ses chances d'être premier ministre.

 

Les tractations en cours en RDC pour former un nouveau gouvernement vont-elles échapper ou faire échapper à cette tradition politique ?

Ce qui est sûr, le Président de la République est à son premier mandat et espère sûrement en faire un deuxième. Ce qui fait que le premier ministre devrait être toute personne qui lui offre la garantie de ne pas constituer un goulot d'étranglement pour cette ambition nette. Avec cette allure des tractations, le premier ministre à choisir, s'il ne s'inscrit pas dans cette tradition (des premiers ministres non présidentiables) risque d'être un chef-figurant. C'est-à-dire un bénéficiaire des avantages financier et symbolique inhérents à ce poste, pour le bien d'un acteur soucieux de bomber son CV sans réellement exercer ses attributs.

 

Un premier ministre qui nourrit des ambitions présidentielles devrait se méfier de ce poste qui doit jouer pour conduire le chef de l'État à sa réélection pour le deuxième mandat.
Sinon, il se verra sans nul doute composé un cabinet parallèle autour du Président de la République, tout comme il y en a eu sous l'administration Kabila (avec Muzito comme Premier ministre) ou encore sous la courte primature du sortant Sylvestre Ilunga Ilunkamba. N'a-t-on pas vu nommé un Directeur de Cabinet-Premier ministre en réalité ? Celui-là qui a exercé nettement les vraies fonctions d'un premier ministre.

 

Des peaux de banane seront sûrement placées sur le chemin de tout premier présidentiable qui prendra le risque de nourrir ses ambitions plutôt que de concourir au sacre de son Chef

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 25 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER