jeudi 20 février 2020 | Login
Insécurité à Beni: ce que la nouvelle société civile demande aux humanitaires et aux FARDC.

Insécurité à Beni: ce que la nouvelle société civile demande aux humanitaires et aux FARDC. Featured

La coordination de la Nouvelle société civile en territoire et ville de Beni alerte l'opinion Nationale et internationale sur la situation sécuritaire et Humanitaire alarmante dans le territoire et Ville de Beni caractérisée par le déplacement massif et les massacres de populations civiles depuis plusieurs années.

Dans une déclaration dont une copie parvenue à la CRDH ce jeudi 13 février 2020, cette structure citoyenne a adressé plus d'une recommandation aux décideurs et cela dans la visée de voir cette situation être résolue.

Ainsi, il a été demandé au gouvernement congolais de prendre des mesures idoines pour le rétablissement total de la paix dans un bref délai, en vue d'épargner les civils innocents des conséquences des atrocités de la guerre et de réfléchir d'urgence sur la situation sociale des victimes de massacre dans la région de Beni dont les déplacés,les orphelins, les veuves,veufs.

Pour cette structure, l'armée nationale devrait être nettoyée de tous les infiltrés plus particulièrement les militaires issue du mixage et brassage qui n'ont jamais quitté la province du Nord-Kivu et qui continuent à ternir son image et cités dans plusieurs rapports des organismes nationaux et internationaux, en restructurant la chaine de commandement, de relever tous les dirigeants ayant déjà passés longtemps dans l'administration publique dans la région de Beni; de déclarer Beni comme région sinistrée jusqu'au nettoyage complet.

Moïse Kipululu coordonateur de cette structure en territoire de Beni a demandé aux forces armées de la République sur les lignes de front de prendre conscience de l'ampleur de la situation sécuritaire dans qui prévaut dans la région et d'adapter la tactique sur terrain en vue de surmonter celle de l'ennemi; de poursuivre l'ennemi à l'Est comme à l'Ouest sans trêve, en maintenant les espaces conquis jusqu'à l'élimination définitive de l'ennemi, chose qui, selon lui, pourrait renforcer le mariage civilo-militaire, et le retour de toutes les populations dans leurs milieux respectifs.

En finissant, il a demandé à la population de milieux où sont ces déplacés, et aux humanitaires de leur apporter assistance, et d'appuyer de façon permanente les services de sécurité engagés dans la recherche de la Paix. Il faut noter que les déplacés viennent de; Oïcha, Mbau, Mantumbi, Mamove, Mangina, Makumo, Bela, Lukaya, et se dirigent vers les milieux supposés sécurisés à l'instar de la ville de Beni, Butembo, communes rurales de Kyondo, Kasindi, Bulongo, en chefferie de Bashu et dans le territoire de Lubero.

Communication, CRDH/Prince Bagheni

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 106 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER